« La transformation numérique est loin d’être une lubie ou une mode passagère. Depuis les 10 dernières années, le train de la transformation ne cesse de prendre de la vitesse, nous laissant comme seules options, d’occuper le wagon de tête ou celui de queue. Le statu quo n’étant pas une option.»
— Christian Laramée, 2019

En 2014, en lançant le Plan culturel numérique du Québec (PCNQ), le ministère de la Culture et des Communications s’est engagé à investir dans le grand virage numérique de la province. En effet, lorsque nous accueillons une pensée ou une technologie numérique dans notre travail ou notre création, nous vivons une transformation numérique. De quoi s’agit-il ? Comment s’y préparer ?

Définir une transformation numérique

Une transformation numérique ne se résume pas à se doter d’un site Web performant et à être actif sur les réseaux sociaux. Vous imaginez bien : c’est beaucoup plus vaste que cela !

La transformation numérique implique un changement, notamment par le partage de diverses expertises. N’ayez pas peur, nous composons déjà tous les jours avec des outils numériques! Toutefois, la transformation numérique ne repose pas essentiellement sur la technologie. Mais alors, sur quoi repose-t-elle?

Nous parlons de changement organisationnel. Lorsque nous développons des projets numériques, nous devons penser en mode « co »: collaboration, codéveloppement, cocréation, etc. Les enjeux liés au numérique nécessitent d’être envisagés avec une approche dite transversale, basée sur des valeurs de partage. Cela peut être des expertises, des apprentissages, des mutualisations de ressources, d’équipements ou encore de données. Dans le milieu culturel, ce « virage numérique » peut s’effectuer de manière continue et non comme une rupture. En effet, ce que Mériol Lehmann nomme la « pensée numérique » s’inscrit en adéquation parfaite avec les valeurs et les façons de faire des organismes culturels et des artistes.

Aussi, une transformation numérique se fait en fonction de vos besoins et non de ceux du voisin ! Elle se réalise petit pas par petit pas, soit par une série d’actions précises permettant d’embarquer progressivement sur le chemin qu’on appelle : le changement.

Pour un organisme ou un artiste, cette mise en œuvre vous permettra d’optimiser vos communications externes (stratégie Web, réseaux sociaux, infolettres, etc.). C’est l’occasion aussi pour les organismes de repenser leurs communications internes (gestion des données, inventaires, courriels, outils collaboratifs), mais aussi de choisir des outils de gestion performants (outils collaboratifs, équipements numériques, systèmes de gestion de contenu).

Bref, cette transformation numérique aura le potentiel de vous faire découvrir de nouvelles façons de travailler, de communiquer, de créer et d’archiver vos contenus!

 

 

Les enjeux liés au numérique nécessitent d’être envisagés avec une approche dite transversale, basée sur des valeurs de  partage.

 

 

Six étapes pour une transformation numérique réussie

Pour réaliser une transformation numérique, il est conseillé d’élaborer une méthodologie de travail collaboratif avec vos partenaires externes tels qu’un·e expert·e, un·e consultant·e ou une agence numérique. En cela, le RADN a mis en place un processus en six étapes afin de vous guider dans votre transformation numérique :

1 — Identifiez votre situation : quels sont vos besoins, vos objectifs et votre vision en matière de numérique qui respectent vos valeurs et votre engagement ? Quels sont vos outils numériques, leurs atouts, leurs faiblesses ? Comment voulez-vous faire évoluer votre modèle d’affaires ou celui d’autres acteurs en étant toujours lié avec votre environnement ? Bref, regardez cela d’un point de vue extérieur pour faire le point!

2 — Analysez vos besoins de transformation : entourez-vous des meilleurs experts (agents de développement culturel numérique, consultants en numérique, professionnels en TI, etc.). Ensemble, vous pourrez identifier vos priorités !

3 — Recherchez des solutions : l’expert arrimera les objectifs fixés aux priorités, il répertoriera les projets inspirants et cherchera plusieurs pistes de solution à vous soumettre.

4— Choisissez une solution de changement : identifiez la solution en vous assurant que celle-ci respecte bien les objectifs établis. Un répertoire de ressources pourra également être utile à cette étape.

5— Portez le projet de transformation : afin que celle-ci soit optimale, il faut prévoir et évaluer les problématiques et risques potentiels qui pourraient découler de son implantation (besoin de formation à court ou à long terme, problématique d’équipements, etc.). Il sera important de prendre en compte chaque détail de la transformation dans la planification du projet.  

6— Déployez le changement numérique : il est important de fixer la transformation dans le temps avec la rédaction d’une documentation adéquate (un cahier de procédure, un guide, etc.). Il est primordial d’envisager un accompagnement et des formations pour impliquer chaque acteur dans cette transformation afin que tous deviennent des moteurs de ce changement. Il est également nécessaire d’instaurer un suivi continu pour le déploiement de celle-ci auprès des différents acteurs. Ce changement numérique sera rapide, efficace, mais parfois incomplet ou imparfait. Aussi, une fois complété, ce changement nécessitera une maintenance. Il faut éviter de penser que la transformation numérique est une opération unique et qu’elle sera terminée une fois instaurée, car elle est en constante évolution.

 

Pour aller plus loin

Annie Chenier, Stratégie numérique : Le processus, blogue Cpour.ca, novembre 2017.

Gisèle Henne, Et vous, comment se passe votre transformation numérique?, Culture Laurentides, décembre 2019.

Christian Laramée, La transformation numérique, un buzzword? , Culture Montérégie, décembre 2019.

 

 

X