« L’ère numérique a changé les habitudes de consommation des auditoires.
Aujourd’hui, les publics sont plongés dans une multitude de contenus, provenant d’autant d’horizons [...]
».
– Québec numérique, 2018

La notion de découvrabilité porte en elle le questionnement suivant : comment faire en sorte que vos contenus numériques puissent capter l’attention des internautes, tout en leur faisant découvrir des contenus similaires ? Cette interrogation marque le début d’une série de fiches thématiques qui vous apporteront plusieurs éléments de réponse face à ce phénomène. Le Web d’aujourd’hui soulève de nouveaux enjeux quant à notre manière d’appréhender et de consommer notre offre culturelle. Il devient donc impératif de s’adapter à cette nouvelle réalité.

Définitions

Rendre visible

La définition est simple et comporte deux volets. La découvrabilité, c’est : 

1 - la capacité d’un contenu culturel de se laisser découvrir aisément par le consommateur qui le recherche : grâce à quelques mots clés et une pratique réduite du nombre de clics, l’internaute est capable de trouver l’information qu’il cherche.

2 - la capacité d’un contenu culturel à se faire proposer au consommateur qui n’en connaissait pas l’existence. Cela fait référence notamment au système de recommandation : avez-vous remarqué que vos habitudes de navigation – vos clics, vos likes, vos mot-clics (#) — sont soigneusement enregistrées par les géants du Web pour vous proposer des offres similaires ? Si vous êtes passionné par un sujet quelconque, les puissants navigateurs de ce monde seront en mesure de vous en proposer les tendances ! Cela est notamment dû à ce qu’on appelle l’intelligence artificielle qui s’adapte aux préférences des utilisateurs estimées par les algorithmes.

Défendre la diversité culturelle

Il existe une multitude d’offres culturelles dans le Web qui sont promues et soutenues par les géants du Web (GAFAM). Plusieurs constats ont démontré que la culture québécoise est peu visible dans le Web. De ce fait, la découvrabilité est devenue un enjeu majeur quant à la place qu’occupe la diversité culturelle et patrimoniale d’une région, d’une province ou d’un pays.

Lors des Journées d’étude internationales de la découvrabilité des contenus francophones à l’ère du numérique tenues à la BANQ en 2019,  le ministère de la Culture et des Communications, directement concerné, était mobilisé pour assurer la présence et la valorisation des contenus culturels québécois sur le Web sémantique.

 

Comment faire en sorte que vos contenus numériques puissent capter l’attention des internautes, tout en leur faisant découvrir des contenus similaires?

 

 

Quatre piliers

Pour que votre offre culturelle en ligne soit découvrable sur les moteurs de recherche, que cela soit à court ou à long terme, quatre leviers agissant tant sur les humains que sur les machines (nous parlons d’agents automatisés informatiques un ordinateur, par exemple) doivent être pris en compte. Voici en image les quatres piliers de la découvrabilité :

1- La promotion de vos contenus numériques : du côté humain et à court terme  

Avant de promouvoir un contenu numérique, il faut s’assurer d’en avoir un ! Usez de la multitude des médiums numériques et des supports (blogue, site Web, vidéo, balado, etc.) pour produire des contenus pertinents et variés selon l’offre culturelle que vous voulez mettre de l’avant. Par la suite, il sera important de vous intéresser aux différents types de canaux de diffusion pour faire la promotion de votre offre culturelle au moyen du numérique, mais pas seulement ! 

2- Le marketing numérique : du côté humain et à long terme  

Pour que vos contenus numériques sur le Web soient visibles dans le Web, il existe plusieurs astuces permettant d’afficher ceux-ci en haut du moteur de recherche. C’est ce qu’on appelle des stratégies de marketing appliquées à l’environnement du numérique. Ce sont par exemple l’achat et le placement de publicités sur un moteur de recherche ou sur les réseaux sociaux. À ce propos, il est vivement conseillé d’élaborer une stratégie de communication et/ou de marketing pour assurer une véritable constance dans la promotion de vos contenus numériques.

3-  Optimisation pour les moteurs de recherche SEO : du côté machine et à court terme

Le SEO, ce qu’on appelle également le référencement, regroupe un ensemble de pratiques permettant d’influencer le classement d’une page ou d’un site Web dans la liste des résultats d’un moteur de recherche. Ces pratiques sont constamment adaptées aux modifications apportées aux systèmes des moteurs de recherche.

4- Métadonnées, données structurées et données liées : du côté machine et à long terme

Une donnée se définit par une information. Les métadonnées sont des informations qui permettent de décrire d’autres informations. Plus vos contenus numériques sont enrichis de métadonnées, plus ces contenus seront appréciés par les moteurs de recherche. En fait, vous allez aider les machines à vous lire, en documentant judicieusement vos contenus numériques. En parallèle, vous allez pouvoir structurer, mettre le bon balisage — ranger chaque item à la bonne place — et lier votre information avec d’autres informations.

Lorsque vous voudrez développer un projet numérique reposant sur la présence et la visibilité de l’offre culturelle sur le Web, vous inscrirez celui-ci dans un projet de découvrabilité. Alors, il deviendra nécessaire d’agir sur ces quatre leviers afin de pouvoir exister sur la Toile. Aussi, ne soyez pas trop pressé : certaines actions ne seront pas immédiates. Laissons les machines faire leur travail! 

 

 

Pour aller plus loin 

Observatoire de la culture et des communications du Québec, État des lieux sur les métadonnées relatives aux contenus culturels, Institut de la statistique du Québec, octobre 2017, 

Josée Plamondon et la fondation Jean-Pierre Perreault, Bien documenter pour favoriser la découverte en ligne : travailler avec des métadonnées, novembre 2019

 

 

X