Étude sur les besoins de développement professionnel des artistes et des travailleurs culturels lavallois

Accompagner le milieu culturel dans sa croissance professionnelle

Résultats de l’Étude sur les besoins de développement professionnel des artistes et des travailleurs culturels lavallois (2019)

Afin de se doter d’une compréhension plus fine des besoins des professionnels du secteur culturel lavallois, Culture Laval a mené une consultation en 2019 dont les résultats se traduisent par le dépôt de l’Étude sur les besoins de développement professionnel des artistes et des travailleurs culturels lavallois. Cette dernière nous donne des indicateurs essentiels pour mieux soutenir et accompagner la croissance du milieu culturel lavallois.

Menée en deux temps, cette consultation a d’abord réuni, au printemps 2019, 44 représentant-e-s provenant des différents domaines culturels, au sein de huit groupes de discussion. Suite à cette première vague de consultation, 972 artistes et travailleur-se-s culturel-le-s ont été invité-e-s à répondre à un sondage en ligne. De ce nombre, 154 personnes y ont contribué. Toutes et tous ont été sondé-e-s sur leurs enjeux et défis pour chacun des maillons de la chaine de création de valeur en culture, soit :

  • Création
  • Production
  • Communication et promotion (incluant éducation et médiation)
  • Diffusion et distribution
  • Gestion

Les résultats?  L’Étude propose un portrait du milieu. On y découvre notamment que les artistes lavallois ayant répondu au sondage ont de nombreuses années d’expérience. En effet, plus de la moitié des personnes sondées exercent professionnellement leur art depuis plus de 20 ans. Nos programmations de formations et autres activités doivent être modulées en conséquence. Par ailleurs, l’échantillon des répondants au sondage compte peu d’artistes et de travailleur-se-s culturel-le-s provenant des domaines de la danse, des arts médiatiques et des métiers d’art.

En l’absence d’information sur ces clientèles, l’étude nous invite à réfléchir à des activités qui correspondent à des besoins communs, transversaux. Étendre nos collaborations avec les associations et regroupements professionnels et travailler de concert avec nos collègues des Laurentides et de Lanaudière sont également des avenues à explorer. Chose certaine, nous devrons nous donner les moyens pour mieux connaître les acteurs de ces domaines culturels.

Le milieu culturel lavallois se forme! « Le tableau 62 montre que les deux tiers de l’échantillon [du sondage en ligne] ont suivi des formations au cours des trois dernières années, et une proportion intéressante [21 %] a même suivi quatre formations et plus. » (page 110) Les besoins recensés dans l’Étude guideront ainsi nos choix de formations et d’activités de développement professionnel, selon différents paramètres, dont le niveau d’expérience, les sujets à aborder et le type de formations qui permettra au milieu culturel lavallois de se développer.

Nous remercions chaleureusement Line Côté, la consultante externe dont l’expertise nous a permis de mener à bien cette Étude. Nous remercions également toutes les personnes qui ont généreusement participé aux consultations de groupe et au sondage en ligne. Enfin, cette consultation n’aurait été possible sans la contribution financière du ministère de la Culture et des Communications et de Compétence Culture : le comité sectoriel de main-d’œuvre du secteur de la culture.

Consultez l'Étude


Quelques chiffres, extraits de l’Étude :


Qui a répondu au sondage?
  • 51 % des répondants sont des artistes, uniquement.
  • 23 % des répondants sont des travailleurs culturels.
  • 27 % des répondants sont des artistes et des travailleurs culturels.

Les cinq principaux éléments de la chaine de création de valeur qui constituent un défi pour les artistes consultés :
  • Communication et promotion : 64 %
  • Diffusion et distribution : 60 %
  • Gestion de carrière artistique : 51 %
  • Développement de public et médiation culturelle : 46 %
  • Travail autonome : 43 %

Les quatre types de formation continue considérés comme les plus pertinents par les artistes et les travailleurs culturels ayant répondu au sondage :
  • Formation individualisée/mentorat/jumelage/parrainage : 56 %
  • Formation à la carte (choix de formations proposées à dates variables) : 52 %
  • Classe de maître (formation transmise par un expert disciplinaire reconnu) : 51 %
  • Ateliers : exploration, entrainement, création et classe de maître : 40 %

Pourquoi se former? Chez les répondants, artistes et travailleurs culturels confondus, les cinq principales motivations à se former sont :
  • Perfectionner ma pratique professionnelle : 61 %
  • Améliorer ma connaissance de mon domaine d’expertise : 58 %
  • Devenir plus performant : 41 %
  • Demeurer à jour dans mon champ d’expertise : 39 %
  • Devenir plus polyvalent : 39 %

Quels sont les besoins transversaux des travailleurs culturels, par ordre d’importance?
  • Communication et promotion
  • Gestion stratégique d’un organisme culturel
  • Développement de public et médiation culturelle
  • Gestion administrative d’un organisme culturel
  • Mise en marché, diffusion et distribution
  • Nouvelles technologies et logiciels
  • Gouvernance d’un organisme culturel
  • Gestion financière d’un organisme culturel
  • Gestion des ressources humaines
  • Gestion de carrière pour les travailleurs culturels autonomes

Quels sont les besoins transversaux en communication et promotion des artistes et travailleurs culturels :
  • 54 % des répondants souhaitent apprendre à Développer et entretenir son site Web
  • 43 % des répondants veulent Développer des outils de promotion numériques et non numériques

Pour en savoir plus sur nos formations à venir, suivez ce lien.

 

X